Aikido

Aikido

L’Aikido est un art martial japonais traditionnel et non violent, fondé par Ô sensei Ueshiba Morihei (1883-1969). Pratiqué sans compétition, son enseignement se base sur des principes d’équilibre des énergies et de respect du partenaire. Il s’adresse aux hommes et aux femmes, sans limite d’âges, ni préparation spéciale. Le pratiquant étudie des principes de base propres aux arts martiaux : déplacements, esquives, saisies, distances. Il aborde progressivement le travail à mains nues, techniques d’immobilisations, de projections et également le travail des armes (aikijo et aikiken).

Par l’étude d’une gestuelle naturelle, par le travail en souplesse des techniques et la recherche d’une disponibilité du corps et de l’esprit, l’Aikido favorise le bien-être physique et permet une meilleure connaissance de soi et des autres. L’affirmation de sa propre confiance, l’acquisition d’une stabilité mentale au cœur du mouvement rendent alors inutile le recours à la force.

Dans notre école, l’apprentissage des armes n’est pas réservé aux seuls anciens, mais commence dès le début de la pratique.

L’apprentissage des armes développe la précision et la vigilance et permet de travailler dans des espaces et des temps différents de ceux de l’aikitai (pratique à mains nues).

Prolongement « yin » de l’aikitai, l’aikijô se travaille dans notre école avec un jô, bâton en bois d’une longueur de 1m28. L’aikijô est l’élément « terre » de la pratique de l’aikido.

L’aikijô est différent du Jodo (escrime au Jo) qui est essentiellement basé sur des techniques de défense contre un sabre. Sa compréhension passe par le travail et l’intégration des déplacements.

L’aikijô, c’est avant tout la terre, la relation de l’homme à la terre.

Le travail s’organise sous formes de kihon avec un partenaire, et d’enchainements à 2, 3 ou 4 attaquants. Il existe également une pratique du jô avec un partenaire sans arme, appelée jôdori.

Prolongement « yang » de l’aikitai, l’aikiken se pratique avec un bokken ou ken, sabre en bois, symbole de vie et de prospérité. Le ken est l’élément « ciel » de la pratique de l’aikido. Il correspond au travail et à la dynamique du regard. L’aikiken est défini comme étant la pratique la plus élevée, celle qui nous enseigne l’aspect spirituel de l’aikido. Il s’étudie par la direction des yeux conjuguée à la direction de la pointe du sabre.

Le travail s’organise sous formes de kihon avec un partenaire et d’enchainements à 2, 3 ou 4 attaquants. Il existe aussi une pratique du ken avec un partenaire sans arme, appelée ken-dori.